EVERGREY The Storm Within (Limited Boxset) CD + Vinyl

4.0/5 (1 vote)

TRACK LISTING

Vinyl:
Side A
01. Archaic Rage Piano Version DEMO
02. Paranoid
03. These Scars Piano Version
04. King Of Errors
05. The Storm Within
Side B
- Etching

CD:
01. Distance

Voir la suite [...]

02. Passing Through
03. Someday
04. Astray
05. The Impossible
06. My Allied Ocean
07. In Orbit
08. The Lonely Monarch
09. The Paradox Of The Flame
10. Disconnect
11. The Storm Within
12. Paranoid

DESCRIPTION

Strictly limited boxset (1.000 copies) content:

Ltd. Digipak, "The Sounds of Evergrey" on vinyl with special etching and inlay, legion grey flag (110x75cm), survival wrist band with compass and fire starter set, sticker, Certificate of Authenticity,
Boxset comes in a special Evergrey hard case

Avec cet album, Evergrey, fête son 20ème anniversaire: "The Lire la suite [...] Storm Within" est certainement le plus puissant des albums.
Le Quintet suédois, nous fascine totalement, dès la première écoute de "Storm Within". Le groupe a gardé ses fondamentaux, mais le dark et le mélancolique, y sont plus fort que jamais.
L'album est le plus progressif qu'ils ont enregistré en terme de performance, mais ils ont réussi à en faire un mix plus accessible et direct, par rapport aux 9 précédents. Le fondateur, Tom S Englung, estime, que le groupe, par son évolution, au cours des deux dernières décennies, a su trouver toute l'expérience et la sagesse pour aboutir à "The Storm Within".
De plus, Floor Jansen (NIGHTWISH) apparaît sur 2 titres!

MUSIQUE VIDEOS EVERGREY In Orbit

Ajoutée le 25-10-2016
352 Vues

COMMENTAIRES

Vous devez être connecté pour poster un commentaire sur le site.

LA CHRONIQUE DES PRO'S

14/20
Courtesy of ROCK 'N BALLS

C’est souvent le facteur humain qui fait et défait des groupes. Evergrey ne fait pas exception à la règle. Le combo suédois avait mis fin à une grosse période de doute – un arrêt définitif a même été envisagé – en 2014 avec le retour au bercail du guitariste Henrik Danhage et du batteur Jonas Ekdahl, ramenant la stabilité tant Lire la suite [...] attendue au sein d’un collectif dont l’histoire ne fut pas un long fleuve tranquille. Il faut ainsi souligner le rôle important d’Ekdahl dans l’écriture de The Storm Within, ainsi que les nombreux soli de Danhage, toujours au service des compos, apportant un avantage non négligeable. Cette unité entre musiciens s’est également traduite musicalement par la fixation d’un nouveau cap, Evergrey embrassant dès le très recommandable Hymns for the Broken un style très moderne. Ce disque de 2014 emportait la mise grâce à des compositions de qualité, mais nous avions déjà émis quelques réserves sur la forme, qui laissait moins d’espace qu’avant à l’émotion. Hélas, son successeur vient confirmer nos craintes. Evergrey persiste et signe dans la modernisation de son style. Il le fait certes avec succès et ses qualités d'écriture sont demeurées intactes, mais il s'est par contre davantage « enfermé » dans un code stylistique qui nuit à la diversité des morceaux.

Tout commence pourtant de la meilleure des façons avec « Distance », qui ménage un équilibre admirable entre mélancolie, modernité, mélodie et accroche, et sur lequel le frontman Tom Englund livre une performance habitée. On y découvre également une production intéressante qui parvient à conserver une ambiance brumeuse et triste malgré les riffs modernes et durs. La classe. « Passing Through » est, quant à lui, un vrai single de metal contemporain et mélodique, rudement bien fichu. Mélodies vocales pas évidentes chantées avec brio, apport essentiel des claviers du fidèle Rikard Zander, section solo mémorable, aucun temps mort,… Dans ces moments-là, on se dit qu’Evergrey tient le bon bout. Mais comme souvent, la séduction opérée par cette belle entrée en matière se dissipe rapidement. Ainsi, on saisit toute l’importance des mélodies vocales, ingrédient essentiel de la musique du combo, sur les très oubliables « Someday » et « Astray », qui représentent un grand bond en arrière par rapport à l’entame de l’album. Le groupe redresse la barre avec « The Impossible », courte ballade piano/voix comme Evergrey aime à en proposer, « My Allied Ocean », qui soigne les contrastes entre riffs (très) énervés et mélodies modernes, et le duo réussi avec Floor Jansen (Nightwish, ex-After Forever) sur « In Orbit », nouveau tube en puissance. Mais les Suédois ont décidé de souffler le chaud et le froid sur The Storm Within, qui s’achève en demi-teinte sur une nouvelle brochette de titres passe-partout, froids et sans saveur (« The Lonely Monarch », « Disconnect », « The Storm Within »), ainsi qu’une déception (le duo avec Carina Englund, épouse du chanteur, n’accouche bizarrement d’aucune émotion particulière).

En confirmant le virage moderne de son style musical, Evergrey reste évidemment « dans le coup », mais n'émeut par contre plus que rarement, alors que cela faisait partie de ses qualités essentielles. Le phénomène, qui participe d’une réflexion et d’un recul qui ne sont pas rares chez les artistes avec quelques années au compteur, produit souvent des résultats similaires. The Storm Within n’est en rien une galette indigne, mais le groupe y gagne en maturité d’écriture et en maîtrise stylistique ce qu’il perd en spontanéité et en générosité. Hélas, pour ma part, le déséquilibre créé par cette évolution ne fait pas pencher la balance du bon côté. Certains anciens fans se détourneront donc sans doute comme moi des futures productions des Suédois. Espérons dès lors que ces derniers puissent assumer leurs choix tout en rajeunissant leur fanbase.

Mastema