EVERGREY Hymns For The Broken (Boxset) CD

4.0/5 (1 vote)

TRACK LISTING

CD 1:
1. King of Errors
2. A New Dawn
3. Wake a Change
4. Archaic Rage
5. Barricades
6. Black Undertow
7. The Fire
8. Hymns for the Broken
9. Missing You
10. The Grand Collapse
11. The Aftermath

Voir la suite [...]


CD 2:
1. Hymns For The Broken (Piano Version)
2. Barricades (Piano Version)
3. These Scars (Piano Version)

DESCRIPTION

Et de 9 pour EVERGREY, désormais figure incontournable de la scène Power Prog mondiale. "Hymns Of The Unbroken" n'est que succession de pépites, de riffs qui giflent, de refrains entêtants et de soli synonymes de bravoures : en terme de Metal sombre, mélodique et technique sans être roboratifs, EVERGREY est une référence et chaque nouvel opus ne Lire la suite [...] fait que confirmer cela.

MUSIQUE VIDEOS EVERGREY Black Undertow

Ajoutée le 20-06-2015
444 Vues

COMMENTAIRES

Vous devez être connecté pour poster un commentaire sur le site.

LA CHRONIQUE DES PRO'S

16/20
Courtesy of ROCK 'N BALLS

Il y a trois ans, Evergrey avait signé avec Glorious Collision un retour inespéré, d’une part parce qu’il renouait avec une qualité qu’il n’avait plus proposée depuis l’énorme Recreation Day (2003), à mon sens encore et toujours le meilleur opus du groupe à ce jour, et d’autre part parce qu’il prouvait qu'il avait bien digéré un vaste Lire la suite [...] remaniement de personnel. Avec la rage de la dernière chance, Glorious Collision était revenu à l'essentiel de ce qui fait Evergrey, et avait brillamment remporté le pari. Cet automne, les Suédois nous reviennent dans un état d’esprit bien différent. Avec le retour au bercail de Henrik Danhage (guitare) – alors que son successeur Marcus Jidell avait fait forte impression sur l’album précédent – et de Jonas Ekdahl (batterie), on retrouve à peu de choses près le line-up qui avait officié de 2003 à 2010. De quoi regonfler la confiance d'un groupe qui, de fait, apparaît nettement plus sûr de lui et ambitieux sur Hymns for the Broken. Tous les ingrédients étaient donc là pour donner naissance à un grand cru, et pourtant nous restons sur la réserve…

Depuis ses débuts, Evergrey a souvent eu l’occasion de démontrer qu’il n’aimait pas faire du surplace. Premiers disques empreints de dark/gothique, séquence power/prog, tentative plus commerciale (Monday Morning Apocalypse, 2006)… Le combo n’a jamais hésité à se remettre en question et tenter de nouvelles choses. C’est encore le cas de Hymns for the Broken, qui présente une facette volontairement moderne. Riffs syncopés, claviers très présents, tournures efficaces marquent la plupart des titres, y compris les (power) ballades (« A New Dawn », « Wake a Change »). Quand le groupe parvient à combiner toutes ses qualités, on a forcément droit à des titres solides, comme le single « King of Errors » qui coche toutes les cases de la checklist, « Barricades » ou « The Fire » (et son chœur d’enfants). Le groupe conserve heureusement la mélancolie qui fait partie de son ADN et qui, irriguant des titres parfois presque cliniques sur le plan instrumental, les « humanisent ». C’est le cas surtout des ballades, souvent au rang des réussites de ce disque (« Black Undertow », sur lequel Tom Englund se livre à fond, le morceau-titre, aux mélodies chiadées, ou encore la ballade piano/voix « Missing You », sur laquelle Englund injecte énormément d’émotion et d’expressivité). Ne vous fiez pas au nombre important de ballades : l’ensemble demeure très musclé et les musiciens n’ont pas fait de concessions sur le niveau instrumental affiché. Henrik Danhage est d’ailleurs revenu en force, livrant d’excellents soli sur tout l’album. Le dernier quart d’heure du disque (les deux derniers morceaux), plus climatique, aurait mérité d’être raccourci mais il ne manque ni d’idées ni de qualités. Enfin, la production s’est largement améliorée depuis l’album précédent, servant à juste titre les ambitions du groupe de sonner plus « contemporain ».

A vrai dire, formellement on ne peut pas reprocher grand-chose aux Suédois, qui ont mis beaucoup d’engagement et de travail dans cet album. Et pourtant, on attend toujours l’étincelle. Celle qui faisait de Recreation Day – encore lui – un disque d’exception. La musique du groupe ne parvient pas à nous emporter, elle manque de puissance d’évocation et d’émotion (à quelques heureuses exceptions près). C'est comme si Evergrey avait fini par privilégier la forme à l’expression. Ne poussons pas le bouchon trop loin : le combo évite la stérilité de la majorité des disques de metal « moderne » dont il se rapproche stylistiquement, il possède suffisamment de talent et de bouteille pour cela. Hymns for the Broken possède bon nombre de qualités, mais son aspect par moments « glacé » et son manque de profondeur nourrissent quelques regrets, d’autant plus par rapport aux qualités immersives et expressives de Glorious Collision, un album dont on attendait pourtant très peu à sa sortie ! Rassurons-nous tout de même sur un point : Evergrey est aujourd’hui en pleine forme et l’avenir proche nous paraît donc positif.

Mastema