ELUVEITIE Helvetios (Limited Edition) CD + DVD

3.0/5 (1 vote)

TRACK LISTING

CD:
1. Prologue
2. Helvetios
3. Luxtos
4. Home
5. Santonian Shores
6. Scorched Earth
7. Meet the Enemy
8. Neverland
9. A Rose for Epona
10. Havoc
11. The Uprising

Voir la suite [...]

12. Hope
13. The Siege
14. Alesia
15. Tullianum
16. Uxellodunon
17. Epilogue
18. A Rose for Epona

DVD:
1. A Rose For Epona
2. Havoc 4:08
3. Making Of A Rose For Epona 4:29
4. Making Of Havoc 6:08
5. A Closer Look The Lyrics (Interview) 55:18
Live @ Feuertanz 2012:
6. Otherworld/Nil
7. Thousendfold
8. Bloodstained Ground
9. Gray Sublime Archon

MUSIQUE VIDEO ELUVEITIE Havoc

Ajoutée le 07-02-2012
432 Vues

COMMENTAIRES

Vous devez être connecté pour poster un commentaire sur le site.

LA CHRONIQUE DES PRO'S

12/20
Courtesy of ROCK 'N BALLS

C’est après bien des hésitations que cette chronique est finalement en ligne. Comprenons-nous bien : présenter Eluveitie semble un peu inutile. Groupe bien connu de la scène folk, ayant rencontré un succès important lors de la sortie de leur album Slania en 2008, succès confirmé par les opus suivants, c’est à un groupe posé que nous avons affaire. Lire la suite [...] Ainsi ai-je l’impression d’avoir loupé quelque chose, à l’écoute d’Helvetios. Ou pas. Partons donc de zéro.

Ce nouvel album s’ouvre sur un prologue parlé, qui n’est pas sans rappeler la conclusion du dernier Nightwish – le texte, la voix, c’est une marotte ces derniers temps... Mais bon, passons, car la musique attaque. Nous sommes chez Eluveitie, ce sont donc des instruments celtiques qui posent immédiatement le ton, accompagnés de chœurs, de cris, bref une quelconque scène de Braveheart traversera les esprits. Le chant masculin n’a pas bougé, et s'est même amélioré, ce qui est plutôt une bonne nouvelle. Une agressivité coupée d’instrumentaux d’un autre âge qui, jusqu’ici, se rapproche donc du Eluveitie classique – et peut-être même un peu trop.
Après avoir joué avec le traditionnel breton « Tri Martolod » (alors renommée « Inis Mona ») il y a quelques années, le groupe se lance ici dans une interprétation métal de « La Jument de Michao », lui donnant le nom de « Luxtos ». Si je n’étais pas aussi accro à Tri Yann qui a popularisé ce vieil air par chez moi, je suis sûre que j’aurais beaucoup apprécié cette piste. Cependant et comme vous vous en doutez, mes loups, la simplicité de cette reprise ne m’a pas touchée plus que ça… Certes les arrangements sont bons, mais de là à crier au génie ou à la redécouverte de l’année, ce serait fort exagéré. Et comme cela reste loin de la qualité d’un live du groupe susnommé, hop ! On oublie.

Bref, cette fois-ci, inutile de s’attarder piste par piste. Affirmons simplement qu’Eluveitie donne l’impression de se brider, voire de se parodier çà et là. C’est étrange.
Helvetios, en général, laisse une impression de compositions photocopiées, pas forcément désagréables mais loin de la qualité qu’on a pu aisément reconnaître au groupe il y a quelques temps. Ou alors cela vient de moi, je ne sais pas. Si on regarde le premier single issu de cet opus, « A rose for Epona », il m’a déçue dès le départ. La composition passe encore, simpliste mais assez sympathique, en revanche le chant n’est vraiment pas des meilleurs. Des mélodies ethniques maîtrisées au milieu d’une production 'metal' qui sonne creux, pas de quoi sauter au plafond. On retrouve le même problème sur « Alesia » d’ailleurs, qui m’a collée un sentiment d’ennui profond en moins de deux minutes. Affaire de goût sans doute… Ou alors non, et ils se sont juste plantés. Au choix – au pire.
J’oublie, quelle étourdie, de pester contre le fait que deux autres points forts du groupes aient également été sucrés sans ménagement : les pistes acoustiques (réduites à deux) et la belle langue gauloise. Certes l’anglais vend mieux, et au plus large, mais il y a quand même des limites à un côté commercial…

Rendons-leur tout de même justice en citant « Santonian shores », « Scorched Earth », « Neverland », « The Siege » et « Hope », du bon Eluveitie ne tombant pas dans la radote générale et sauvant cet album qui me semble bien moyen, répétitif et court. Il y a dans ces morceaux des riffs bien lourds mêlés sans accroc à des mélodies féériques qui ont fait l'originalité du groupe il y a quelques temps, un chant énergique et généreux, de l'acoustique pur... Ce qui laisse un vide un peu plus pervers encore : pourquoi ne pas avoir réussi cela sur tout l'album ? Ah, les gredins. Vils helvètes.

Et encore une fois j’ai cette impression de manque, allez savoir, passer à côté de certaines choses est diablement facile. Mais après une bonne dizaine d’écoutes, il n’y a rien à faire. C’est bien, juste bien, bon bon bon… Bon. C’est déjà ça.
C’est ainsi au son de l’épilogue parlé (une marotte, vous dis-je !), perdue dans les derniers et bons airs médiévaux d'Helvetios, que je vous invite à vous faire votre propre opinion sur cette petite bête. Peut-être, qui sait, la trouverez-vous brave.

Blaidd