ALCEST Ecailles De Lune CD

4.0/5 (1 vote)

TRACK LISTING

1. Écailles De Lune (part I)
2. Écailles De Lune (part II)
3. Percées De Lumière
4. Abysses
5. Solar Song
6. Sur L'Océan Couleur De Fer

COMMENTAIRES

Vous devez être connecté pour poster un commentaire sur le site.

LA CHRONIQUE DES PRO'S

17/20
Courtesy of ROCK 'N BALLS

L’air de rien, la musique d’Alcest poursuit un objectif extraordinairement ambitieux : nous emmener visiter les étoiles… Ce qui est encore plus incroyable, c’est qu’elle y parvient ! Formé par Neige (ex-Peste Noire, Amesœurs), ce groupe originaire d’Avignon peut assurément être qualifié de « curieux ». Très black metal à ses débuts (Neige est Lire la suite [...] ancré dans cette scène), Alcest n’en a ensuite que gardé un trace discrète pour se tourner vers un style fondamentalement original. Oh bien sûr de nos jours, on entend constamment des groupes « originaux ». C’est que c’est facile (en théorie, du moins) de mêler tel style à tel autre diamétralement opposé : ça passe ou ça casse. Alcest dépasse à maints égards le simple métissage, et ne se distingue pas du tout par un ancrage technique innovant. Non, les Français sont « originaux » parce qu’ils sont capables de façonner un univers à part entière. Pas une esquisse, pas une vague promesse, non : ils nous font réellement visiter un « ailleurs », inconnu de tous si ce n’est de Neige. On ne s’étonnera donc pas d’apprendra que la musique d’Alcest est destinée à recréer les rêves d’enfance de son géniteur.

Définir le style de ce groupe n’est pas chose aisée. La base mélancolique, épurée voire éthérée se rapproche parfois fortement d’un Porcupine Tree, une impression confortée par le chant de Neige (« Percées de Lumière »), quoi qu’il soit en français (pour une fois, ce n’est guère gênant). Mais l’aspect progressif des Britanniques n’est pas de mise ici, au contraire. Cette part de l’enfance qui est intrinsèque au concept même d’Alcest est bien présente, on ressent la nostalgie, une douce mélancolie qui jamais ne verse dans la tristesse. Quant à l’onirisme, vous l’aurez compris, il est omniprésent sans jamais sonner faux. En fait, la musique est tout simplement belle, car elle fait preuve d’une espèce de douce naïveté, d’une simplicité qui permet de placer les magnifiques mélodies de guitare au cœur de l’attention (Neige prouve qu’il est un compositeur hors pair). Les voix sont elles aussi douces et, bien que Neige ne soit pas un Ronnie James Dio, son timbre diaphane colle parfaitement au style qui est développé ici. Sur le magnifique « Solar Song », le chant est d’ailleurs réduit au minimum. La production, quant à elle, est impeccable : cristalline, elle met bien les ambiances en valeur.

Le seul héritage black metal qui subsiste ici sont des passages hurlés (dans un style assez old-school), qui se marient incroyablement bien au reste de la musique. D’ailleurs, dans ces moments plus énervés (somme toute assez nombreux, quoique minoritaires), il n’est pas question de balancer des blasts et des riffs tonitruants. Non, tout se déploie sur fond de belles mélodies, pour un résultat vraiment bluffant qui prouve que le black metal peut créer de nouvelles sensations. Le sommet d’Ecailles de Lune est atteint sur « Percées de Lumière », à la mélodie superbe et à la structure tout simplement parfaite.

Ecailles de Lune est un disque très surprenant car véritablement à part dans le paysage musical actuel. Donnez une vraie chance à ce disque car, s’il peut sembler trop doux, voire « mou » à ceux qui s’attendent à quelque chose de plus énervé, il vaut assurément la peine de s’y plonger et de le réécouter à maintes reprise, dans les bonnes conditions. Une fois qu’on a baissé sa garde, Alcest parvient à nous ensorceler de la plus troublante des façons. Une révélation.

Mastema